In Taverna, ou le triomphe de Baccus

In Taverna

Julien Cigana Récitant // Dagmar Saskova Chant
Ronald Martin Alonso Viole de gambe // Manuel de Grange Luth, Guitare, Direction

« Salomon, qui par sa sçience
Fut nommé Roy des beaux espris,
Eust bien-tost ce tiltre à mespris,
Ayant sçeu par experience
Qu'il n'y avoit au monde aucun bien souverain
Sinon d'avoir le pot, & le verre à la main »

En cette époque du politiquement correct, dans laquelle les avertissements mettant en garde contre l'abus d'alcool, du tabac, du sel, du sucre, etc. se multiplient à l'infini et où l'on se dirige progressivement vers une sorte d'existence morne et aseptisée, In Taverna peut présenter un caractère quasi subversif. En effet, pas de texte poétique, pas d'air chanté dans ce spectacle qui ne soit une invitation à s'abandonner aux plaisirs de ce nectar magique qu'est le vin.

Boisson noble et merveilleuse, le vin a été glorifié par les hommes de toutes les époques et de toutes les cultures. Le XVIIe siècle n'échappant pas à cette règle, quoi de plus naturel donc que d'associer les airs à boire trop méconnus du Grand Siècle composés par Etienne Moulinié et Jean Baptiste Lully aux vers sublimes d'un Jean de La Fontaine, d'un Paul Scarron ou d'un Antoine Girard, sieur de Saint Amant, pour chanter les vertus suprêmes de l'ivresse.

Musiques Moulinié, Lully, Guédron, Gautier...

Un comédien déclamant les textes, une chanteuse interprétant des airs à boire, un luthiste et un violiste invitent le public, sous une forme intime et raffinée, aux plaisirs et à la débauche. Le vin, la poésie et la musique accompagneront l'homme jusqu'à la fin des temps. On voudrait que le temps de l'ivresse n'ait point de fin.

durée: 1h20

In Taverna