Stefano Landi, Arie ad cantarsi

Stefano Landi

Dagmar Saskova Chant // Francisco J. Mañalich Chant et viole
Ronald Martin Alonso Viole // (Philippe Grisvard Clavecin)
Manuel de Grange Luth, Guitare et Direction

Chanteur, harpiste, guitariste et organiste, Stefano Landi était non seulement un musicien hors pair mais également un homme possédant de solides connaissances en rhétorique et en philosophie, comme l'attestent ses études réalisées à partir de 1599 au séminaire de Rome.

En 1618 on le retrouve au poste de maître de chapelle à la cour épiscopale de Padoue. Il entre en 1629 au service de Francesco Barberini et il est engagé en tant que chanteur dans le choeur de la chapelle pontificale.

Sa production musicale sacrée comprend des motets, des psaumes et des messes, ainsi que le drame musical II Sant'Alessio, représenté le 2 mars 1631 au palais Barberini, à Rome.

Son oeuvre profane inclut des madrigaux polyphoniques et des airs pour voix seule, édités en 8 volumes parus entre 1620 et 1639. Malheureusement, seuls trois de ces recueils nous sont parvenus. Sous une simplicité apparente, ces airs sont un véritable trésor: textes légers ou méditatifs sur la condition humaine, mélodies souples et charmantes, dissonances et superpositions harmoniques, style récitatif ou couplets ornés: tout ce qui fait partie de la «seconda prattica» y est présent.

Stefano Landi

L'arrangement de ces airs est un défi passionnant pour tout musicien intéressé par ce répertoire. Le rôle des instruments est primordial, allant du soutien harmonique à l'improvisation en contreparties mélodiques, comme le préconise Agostino Agazzari dans son traité paru en 1607 (que Landi a probablement rencontré lors de ses études à Rome), est primordial.

durée: 1h20

Stefano Landi