L'Art d'Aimer

L'Art d'Aimer

Dagmar Saskova Soprano // Francisco J. Mañalich Ténor et viole
Ronald Martin Alonso Viole // Manuel de Grange Luth et Guitare

L'Amour : un lieu commun, un thème desséché à force de l'écrire, de le chanter, de le filmer? Quand l'Ars Amatoria d'Ovide paraît autour de l'an I, le sujet est déjà vieux. Pourtant, encore au XXe siècle, les Beatles ou Bergman, pour ne parler que d'eux, produiront des chefs d'oeuvres sur l'amour, et ce n'est pas fini ! Tout réside donc dans la façon de le dire, de le donner et de le recevoir, d'en jouir ou de le subir.

Sujet universel et intemporel s'il en est, quand celui-ci est partagé, il procure l'euphorie et le bonheur le plus accompli mais, quand l'être aimé reste indifférent aux soupirs du prétendant ou quand la trahison et le mépris s'en mêlent, le beau Cupidon peut se métamorphoser en Furie et déverser la haine et la violence les plus féroces.

L'exaltation, le plaisir, la douceur, la désillusion, la vengeance et même la mort cohabitent dans ce pays, où les frontières sont aussi minces qu'une toile d'araignée qui nous enveloppe, inexorablement, à un moment ou un autre de nos vies. L'Art d'Aimer est un portrait du bonheur et de la souffrance que ce sentiment peut nous procurer.

Musiques de Boesset, Guédron, Sanz, Moulinié, Dowland, Purcell, Luzzaschi, Cavalli, Frescobaldi, Monteverdi

Les lumières s'éteignent et nous nous retrouvons au début du XVIIe siècle. Une soprano et un ténor dialoguent en vers et en musique et se promènent dans l'Europe galante d'autrefois. Ils mettent en évidence le sublime de quatre langues différentes par l'alternance des airs et des vers écrits par les plus grands musiciens (Monteverdi, Dowland, Purcell, Moulinié...) de leur temps. Deux musiciens accompagnent sur instruments d'époque (luths, violes, guitares) et renforcent par leur jeu ce que la parole décrit.

durée: 1h30

L'Art d'Aimer